Find a lawyer

To view the directory, you need to have a PALU membership profile

Become a member

We are proud to announce our new online community and invite you to join us!

Donations

We welcome donations in cash or in kind to help us carry out our work

Nelson Mandela, Honorary Life President of the Pan African Lawyers Union

Nelson Rolihlahla Mandela (né le 18 juillet 1918) est un combattant de la liberté, un panafricaniste, un activiste des droits de l’homme, un juriste et un législateur. Au moment où il est beaucoup de choses pour beaucoup de gens, il est aussi pour nous un modèle parfait d’avocat pour la profession juridique et dans l’ensemble de la société. Pour cette raison, PALU a reconnu les sacrifices et l’ouvre de M. Mandela en lui décernant le titre de Président Honoraire à vie de l’Union en 2006.

Nelson Mandela a toujours aspiré à devenir un avocat. Il a commencé par étudier pour un baccalauréat ès arts au collège universitaire de Fort Hare mais il a été suspendu pour avoir participé à la manifestation estudiantine. Il est allé compléter ses études à l’Université d’Afrique du Sud (UNISA). Après avoir terminé sa licence, il s’est fait inscrire pour le diplôme en droit, LL.B., à L’Université de Witwatersrand, qu’il a quitté en 1948 avant d’achever ses études. Toutefois, il a obtenu un diplôme de deux ans en droit qui lui a permis d’exercer le droit. En 1989, pendant ses derniers mois de détention, il a obtenu un diplôme de droit LL.B. de l’UNISA. Il a gradué in abstentia lors d’une cérémonie tenue à Cape Town.

Tout au début de sa carrière politique et juridique, il a vigoureusement combattu contre les lois de l’apartheid. En 1952, en collaboration d’Oliver Tambo, un collègue juriste et activiste politique, et par la suite Président du Congrès National Africain, ils ont fondé le premier cabinet d’avocats noir en Afrique du Sud, Mandela & Tambo, qui s’est souvent occupé des affaires de discrimination et de brutalité policière. Pendant le procès de trahison de 1956, Mandela était parmi 156 activistes accusés de trahison. Pendant le procès l’équipe de la défense s’est retirée du dossier, en signe de protestation contre l’imposition de l’état d’urgence. Nelson Mandela et Duma Mokwe, tous les deux prévenus dans cette affaire, ont joué le rôle de conseils de la défense.

Nelson Mandela a été condamné à la réclusion à perpétuité dans le procès de Rivonia (1963-64). Du box des accusés, au début de la présentation des moyens à décharge, il a dit dans sa déclaration: “Pendant mon existence, j’ai dédié ma vie à cette lutte du peuple Africain. J’ai combattu contre la domination blanche, et j’ai combattu contre la domination noire. J’ai prôné l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle tous les hommes vivront en harmonie, avec les mêmes opportunités. C’est un idéal pour laquelle j’espère vivre et de voir se réaliser. Cependant, Honorable Juge, je suis prêt à mourir pour cet idéal, au besoin”. Depuis sa cellule, il a non seulement combattu contre l’apartheid, mais aussi pour les droits de ses codétenus, au sein du microcosme de la communauté carcérale.

Libéré de la Prison en 1990, Mandela et Frederik Willem de Klerk, le Président d’Afrique du Sud d’alors, ont reçu le Prix Nobel de la paix, pour leur travail en vue de la fin pacifique du régime d’apartheid, et pour avoir posés les jalons d’un nouvel Afrique du Sud démocratique. En 1994, Mandela a joui du droit de vote pour la première fois, et a été le premier Président d’Afrique du Sud démocratiquement élu. Comme il l’avait promis, il a quitté le pouvoir à l’issu de son premier mandat à la présidence.

La réconciliation nationale a été l’une des priorités de Mandela lors de sa présidence. Durant cette période, il a supervisé la mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation d’Afrique du Sud (la Commission) avec l’Archevêque Desmond Tutu comme Président.

En même temps il s’est attelé à l’éradication de la pauvreté dont souffraient la majorité des Sud-Africains, tout en sauvegardant les droits de l’homme, dont les droits du travail et fonciers, ainsi que la restauration de l’égalité devant la loi.

Tant sur le plan du continent Africain que sur le plan international, la plus grande contribution de Nelson Mandela a été d’encourager la résolution pacifique des conflits à travers la diplomatie et la réconciliation.

Au moment où sa vie et son ouvre est d’une grande importance pour tout le continent Africain, pour la lutte pour l’autodétermination, la liberté, l’égalité, l’unité et les sociétés démocratiques partout dans le monde, elle est aussi un excellent exemple pour tous les juristes Africains, sur la façon de mener nos vies et de relever le défi qui est le nôtre, à savoir, ouvrer pour l’équité de l’état de droit, l’unité, la démocratie, la bonne gouvernance, la promotion et la protection des droits de l’homme et des peuples.

En tant que juristes Africains, nous puisons dans son immense héritage et nous continuerons de lutter pour “une société libre et démocratique où tous les hommes vivront en harmonie, avec les mêmes opportunités”. Nelson Mandela nous a confié une lourde responsabilité avec ces mots qu’il a prononcés: “Là où il y a la pauvreté et la maladie dont le SIDA, là où les humains sont opprimés, il y a beaucoup de travail à faire. Après environ 90 ans d’existence, il est temps pour que les nouveaux dirigeants allègent la charge. La balle est dans votre camp maintenant”.

Veuillez cliquez ici pour regarder ce discours sur Youtube.

African Human Rights Action Plan 2017-2026

PALU at Court | Litigation

African Human Rights Action Plan 2017-2026

Commitment to the Code of Ethics